Vivre dans le Pays de Langres,

Une vraie richesse

Vous êtes sur :   PETR pays Langres  /  Actions et projets  /  0 phyto

Zéro phyto

Appel à projet

Zéro phyto en pays de Langres

Face aux contraintes du calendrier législatif, face au manque global d’ingénierie dans les communes (pour déployer le Zéro phyto) et grâce à cette ambition d’accompagner le changement des pratiques des communes, les élus du PETR du pays de Langres ont décidé d’aider les communes à franchir le cap du Zéro Phyto.

Le moyen retenu pour inciter et aider les communes à s’engager dans la mise en œuvre du Zéro phyto en pays de Langres est celui de l’appel à projet.

Chacune des communes retenue à l’appel à projet bénéficiera d’un accompagnement méthodologique pour atteindre ou tendre vers l’objectif zéro phyto. Pour cela, Le PETR du pays de Langres (maitre d’ouvrage de l’opération) mobilisera en conséquence une ingénierie spécialisée qui définira pour chaque commune une méthodologie Zéro phyto adaptée à son contexte, son environnement...

 

Calendrier et candidature

Les communes ont jusqu'au 10 octobre 2016 pour répondre. La mission du prestataire devrait commencer cet l'automne pour prendre fin en octobre 2018.

 

Pour candidater, une commune doit faire parvenir au PETR du pays de Langres - avant le 10 octobre 2016 -  par courrier ou mail (probert[at]pays-langres.fr):

 

  1. une lettre d’engagement, signée du maire, attestant de la motivation de la commune à mettre en oeuvre une politique de réduction des produits phytosanitaires.Il est demandé d’y préciser : les objectifs poursuivis, le linéaire de voirie située en zone agglomérée sur la commune
  2. une délibération (modèle type fourni) permettant d’engager la candidature à l’appel à projet « Zéro phyto en pays de Langres » et la dépense.

Objectifs et ambitions de l'appel à projet

L’objectif de cet appel à projet d’ici fin 2018 : doter 120 communes d’une méthode de travail les mettant en perspective de déterminer et déployer leur politique de réduction des produits phytosanitaires.

Les 168 communes du pays de Langres sont appelées à se positionner. Pour les communes urbaines, ou au profil urbain, l’ingénierie sera concentrée sur un quartier. Pour les communes fusionnées, l’ingénierie sera concentrée sur un village. Les cimetières ne seront pas travaillés. Une commune sera retenue, non sur la base d’un projet construit, mais sur une motivation, une ambition portée par l’équipe municipale en place.

L’ambition de cet appel à projet n’est pas d’imposer tout de suite l’arrêt des phytosanitaires, mais bien d’engager les communes dans un chemin méthodologique et un calendrier tenable pour les communes (considérant que chaque cas sera particulier d’une commune à l’autre et que chaque commune ne débutera pas son projet avec le même stade de maturité).

Si l’on sait que la mise en œuvre du Zéro phyto se conçoit comme une action globale d’accompagnement pour diminuer, puis à terme se passer des phytosanitaires, les expériences capitalisées montrent que la réduction des phytosanitaires dans la gestion des espaces collectifs est d’abord une question culturelle : c’est la manière de penser les espaces qui conduit à la réussite de la mise en place du Zéro phyto. L’aspect technique, même s’il est important, intervient en fait au terme de la réflexion en support d’un projet. Il est illusoire de penser que toutes les communes pourront mettre en place le Zéro phyto en se concentrant uniquement sur l’acquisition de nouveaux matériels. C’est le sens de l’accompagnement méthodologique qui sera apporté aux communes.